Menu Icon of a menu made of three horizontal lines
Close Icon of a cross (x)

Hôpital de la Petite Cervelle

Il semblerait qu’il fut utilisé pour y perpétrer des expériences douteuses, et on peut encore en ressentir les relent dans la salle du docteur et d’autant plus dans la salle d’opération, pétrifiante à souhait !

L’Hôpital de la Petite Cervelle se situe près d’un distributeur automatique de riz dans le fin fond d’une campagne que les explorateurs tentent de garder secrète. Il fut construit à la fin de la première guerre mondiale et semble anormalement grand pour l’époque et encore plus pour le lieu. Ici, on est loin de tout, près de rien.

Il semblerait qu’il fut utilisé pour y perpétrer des expériences douteuses, et on peut encore en ressentir les relent dans la salle du docteur et d’autant plus dans la salle d’opération, pétrifiante à souhait ! Le comble de l’horreur c’est quand l’on découvre ensuite cette petite cervelle désséchée gardée dans une petite fiole… elle semble pouvoir être attachée à la ceinture telle un souvenir ou un porte bonheur macabre ! Dans une autre salle se trouve aussi un tas de petits bouts d’organes sans nom, entassés dans une sorte de jarre funéraire… même les chats n’ont pas osé y goûter, ou du moins, les finir…

Le terrain a toujours un propriétaire qui se trouve être une dame vivant dans une maison pas très loin de là. Il semblerait qu’elle vienne souvent faire des rondes sur ses terrains, surtout depuis qu’elle s’est aperçu que l’endroit gagnait en popularité. Les fenêtres de l’hôpital donnent aussi sur un voisinage consitué de vieilles mamies, toutes armées de leurs jumelles et de leurs téléphones portables ! Bref, c’est une vrai parti de cache-cache pour veniry prendre des photos et déjà plusieurs explorateurs Japonais s’y sont fait cueillir. Une exploration définitivement excitante.

POINTS FORTS

– Une jolie structure de bois qui couine quand on marche.
– Des magazines vintage (années 60) sur la photographie.
– La petite cervelle portable.
– Une très vieille salle d’opération abandonnée !
– Les couleurs mélancoliques de la salle du docteur, malgré le bazar.
– La dame et les mamies qui surveillent.

LES FAITS

  • 1918 – 197x